Actualité

SUMO donne une nouvelle vie aux murs du Atelier

Dans le cadre du 20ème anniversaire de la salle de concert Atelier, l’artiste-graffeur luxembourgeois Sumo a spécialement conçu une peinture murale. Les travaux ont duré une semaine et l’oeuvre sera inaugurée officiellement le 11 septembre lors de l’événement « Bock Party ».

Veuillez trouver un petit aperçu de l’oeuvre et plus d’informations dans l’article du Journal:  Journal_Donnerstag_20_08_2015

 

Concert Pol Belardi Vibraphone Quartet à la Schungfabrik

Dans le cadre de la rétrospective Jeannot Bewing qui se déroule actuellement au centre culturel Schungfabrik à Tétange, le Pol Belardi Vibraphone Quartet donnera un concert dimanche 30 août 2015 à 17h00 afin de commenter à leur façon les sculptures de Jeannot Bewing. Entrée libre

Le vibraphone est un instrument d’une sonorité riche et brillante. La volonté de s’exprimer non seulement sur son instrument principal, qui est la guitare basse, mais aussi au vibraphone, a poussé Pol Belardi vers la formation de ce nouveau projet.

photo

(suite…)

Sculpture de Herbert Lankl lors d’ARTWiltz 3

Dans le cadre de l’exposition de sculptures monumentales ARTWiltz3 à Wiltz, Herbert Lankl (DE) a créé une oeuvre in situ au Weierwee. Le matériau utilisé est le Grauwacke, un mélange de grès et d’ardoise.

Même après la fin de l’exposition collective (avec Nic Joosen, Bertrand Ney, Patrick Ripp et Sigrun Olafsdottir) le 20 septembre, elle restera en place.

lankl13

Des articles sur la scultpure ont également été publiés:

Journal_08_08_2015

Tageblatt_Mittwoch, 12 August 2015

La radio socioculturelle 100,7 a fait un reportage avec le curateur Paul Bertemes, l’artiste Herbert Lankl et l’échevin de la commune de Wiltz Pierre Koppes: ICI

Kaiser-Lothar-Preis für Anna Recker

In Prüm in der ehemaligen Abtei ein internationales Kulturereignis statt. Am 1. August wurde die große Kunstausstellung der Europäischen Vereinigung Bildender Künstler (EVBK) aus Eifel und Ardennen in der Basilika eröffnet, an der in diesem Jahr 98 Künstler aus Belgien, Deutschland, Frankreich und Luxemburg mit 154 Werke ausstellen. Die Ausstellung läuft noch bis zum 31. August 2015. Mehr Informationen zu den Öffnungszeiten und Anfahrt finden Sie auf der Internetseite der Vereinigung EVBK.

Bei der diesjährigen Ausstellung wurden drei luxemburgische Künstlerinnen ausgezeichnet: Anna Recker mit dem Kaiser-Lothar-Preis und Förderpreisträgerinnen sind Sophie Medawar (Installation) und Kary Barthelmey (Fotografie).

Hier finden Sie ausführliche Erklärungen zu den Preisträgerinnen und der Ausstellung:

Journal_5 August 2015

Tageblatt_Mittwoch, 5 August 2015

5 questions answered by Noana Giambra

1. How did you come to your discipline? How did you find your style?

I came to my discipline by seeing a poster of the PXL that my sister got because she was just graduating and then all schools send folders. So jewelry design was on that folder and I decided immediately that I wanted to do that. I was 16 years old back then. I have to say that it was meant to be in some way because when I was a child I already made jewelry. Not with pearls but with stuff that I found on the street or in my dads workbench. I always wanted to do something with my hands and this was just perfect for me.

2. Can you live from your artwork?
Sadly I can’t live from my artwork. My pieces are presented in a lot of stores but I think it is too much and maybe I just need to make a smaller and simple collection. But it also depends on the buyers. Do they like traditional jewelry or more conceptual?
3. Describe your usual workday, your design process.
Designing is a little struggle every day because when I tell myself « you have to make a new design! » it will not come. On the other hand when I lay in my bed and just think about jewelry I have the best ideas. So I’m not really a ‘every day I design a jewel’ but more ‘I have the best ideas before I go to sleep’ kind of person.
4. Which designer/artist/collective would you recommend to check out?
Well when I was on the Sieraad-fair (Amsterdam) I met some nice American people as Jillian Moore, Stéphanie Voegele, Maria Eife, Emily Cobb. And I love Laura Deakin’s and Jantje Fleischhut‘s work.

(suite…)

Regard sur….De Bakker & Vaes

Sofie De Bakker et Zeno Vaes, vivant et travaillant à Anvers, est un duo artistique et couple dans la vie. Ils se sont rencontrés à L’Académie des Beaux-Arts à Anvers (BE), où ils ont débuté leurs études et ont fini par un Master à la MAD-faculty à Hasselt (BE).

Fascinés par la nature, ils intègrent principalement des éléments naturels dans leurs créations, chacun des deux à leur propre façon.

Pour son projet de fin d’études au titre de « Animal Design », Sofie s’était penché sur la question sur l’intégration de la notion animalière dans des bijoux dits « classiques ». (suite…)

5 Fragen an Michelle Kraemer

 Was hat dich zur Kunst gebracht? Wie hast du deinen künstlerischen Weg gefunden?

Eigentlich war mir schon immer klar dass ich etwas kreatives in meinem Leben machen wollte. Zum Schmuck bin ich aber erst im letzten Jahr meines Design Studiums in England gekommen.Meine Faszination zum experimentellen, zeitgenössischen Schmuck hab ich dann in Florenz, bei der Alchimia, vertieft. Durch das Quaternitas Programm mit Ruudt Peters habe ich meinen eigenen Weg gefunden.

Ist es möglich Vollzeit Künstler zu sein?

Künstler in man immer Vollzeit, ob man davon leben kann ist eine andere Frage… ich versuche gerade selbst noch das heraus zu finden.

Beschreibe deinen Schaffensprozess. Wie sieht dein typischer Tagesablauf aus? (suite…)

Résidence de Herbert Lankl pendant ARTWiltz3

Durant l’exposition de sculptures monumentales « ARTWiltz 3 – Rencontre Ardennaise« , le sculpteur allemand Herbert Lankl a entamé une résidence d’artiste afin de créer une oeuvre in situ. C’est au Weierwee que la sculpture en pierre est taillée et placée.

L’exposition qui montre également des oeuvrea de Patrick Ripp (LU), Sigrun Olafsdottir (DE/IS) , Bertrand Ney (LU/FR) et Nic Joosen (BE) reste visible autour du Weierwee et de la Place des Martyrs jusqu’au 20 septembre 2015.

Regard sur…Claire Mannes

Subrepticement

« Les blancs des papiers »

Mon intérêt se porte sur ce qui semble indécelable : revoir de plus près des objets qui nous semblent triviaux, travailler avec des substances qui nous semblent évidentes. En espérant découvrir un nouvel espace par l’agrandissement, j’aspire, en le redessinant, à une réinterprétation de l’invisible tangible.

Le travail consiste en la traduction de la matérialité du papier. Partant d’une collection de chute de papier aléatoire trouvée dans la rue, je ne peux pas considérer mon travail comme archiviste. La raison pour laquelle j’ai décidé de récupérer et de ne plus acheter du papier, comme tout au début, est très simple : utiliser ce qui ne semble valoir rien.

L’existence de mes dessins dépend des outils externes, comme des loupes et des microscopes, (suite…)